Tata, PetroChina et les autres

Marc Chevallier
Pour aller plus loin

Les géants mondiaux du Sud accélèrent leur développement. Jusqu'à menacer les multinationales du Nord dans leurs prés carrés.

Depuis quelques mois, les symboles s'accumulent.
Le 4 novembre 2007, jour de son introduction à la Bourse de Shanghai, le groupe énergétique chinois PetroChina est devenu subitement la première capitalisation boursière (*) du monde: 1 000 milliards de dollars, soit autant que celles réunies des deux entreprises qui régnaient sans partage depuis des décennies sur ce classement, les américaines Exxon Mobil et General Electric.
Autre événement symbolique: le rachat en cours des marques haut de gamme Jaguar et Land Rover par le géant indien Tata, qui s'apprête à lancer la voiture la moins chère du monde, la Nano.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Tata, PetroChina et les autres ( n°107 )