Quand l'exécutif vide les caisses de la Sécu

Michaël Zemmour, maître de conférences à l'université de Lille (Clersé) et chercheur associé au Liepp (Sciences Po)
Alternatives Economiques n° 380 - juin 2018

La suppression du forfait social sur les dispositifs d'épargne salariale dans les PME annoncée par Emmanuel Macron va coûter cher à la Sécurité sociale.

Lors de son intervention télévisée en avril dernier, Emmanuel Macron a annoncé la suppression du forfait social sur les dispositifs d'épargne salariale (intéressement et participation) dans les entreprises de moins de 250 salariés [1].
Cette mesure, qui devrait être inscrite dans la loi Pacte [2], est une incitation pour les employeurs à privilégier l'intéressement au détriment du salaire, et va coûter un demi-milliard d'euros à la Sécurité sociale.
Les assurances sociales sont financées par les cotisations sur les salaires.
Pourtant, une partie des rémunérations n'est pas soumise aux cotisations ordinaires.
C'est notamment le cas de l'épargne salariale.
En théorie, celle-ci est un moyen de faire bénéficier les salariés d'une partie des résultats de leur entreprise.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Quand l'exécutif vide les caisses de la Sécu ( n°380 )