Netflix : la révolution attendra

Marc Chevallier

Le lancement en France aujourd'hui par l'américain Netflix de son service de vidéo à la demande agite les états-majors des chaînes de télévision. Une crainte qui mérite d'être relativisée.

Bientôt sur vos écrans", mentionne simplement l'invitation envoyée à la presse début août.
Après des mois de suspense et de rumeurs, le lancement par l'opérateur américain Netflix de son service de vidéo à la demande par abonnement aura lieu le 15 septembre en soirée.
Si l'on en croit la grille tarifaire circulant officieusement sur les réseaux sociaux, il en coûtera moins de huit euros par mois pour avoir un accès illimité à son catalogue de films et de séries.
Révolution", "débarquement", "tremblement de terre" : la presse et les commentateurs n'ont pas lésiné sur les mots pour qualifier l'événement.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Netflix : la révolution attendra ( n°096 )