Métallurgie : les limites de la flexibilité

Catherine OMNES, Professeur d'histoire à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, auteur d'Ouvrières parisiennes, marchés du travail et trajectoires professionnelles au XXe siècle, éd. EHESS 1997.

Des patrons de la métallurgie parisienne des années 30 remettent en cause la flexibilité organisée par la profession.

Faible réglementation sociale, grande flexibilité externe du travail: voilà apparemment une liberté sans frein, à faire rêver aujourd'hui un patron libéral.
Pourtant, dans la métallurgie parisienne de l'entre-deux-guerres, la flexibilité organisée par la profession a pour contrepartie des contraintes et son efficacité finit par être remise en cause par certains employeurs.
Avant-guerre, le salarié est peu protégé (1).
Les entreprises françaises peuvent en particulier adapter les effectifs aux fluctuations de la conjoncture.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Métallurgie : les limites de la flexibilité ( n°083 )