Le paradoxe de Saint-Pétersbourg

Jézabel Couppey-Soubeyran

C'est la satisfaction escomptée plus que l'espérance de gain qui gouverne le choix des individus face à une prise de risque.

Le paradoxe de Saint-Pétersbourg fait référence à une histoire que le mathématicien suisse Daniel Bernoulli (1700-1782) aurait racontée à son frère Nicolas en écrivant son traité de probabilité de 1738.
Dans cette histoire, un mendiant trouve un billet de loterie dans les rues de Saint-Pétersbourg.
Il a une chance sur deux d'empocher 20 000 ducats et donc une chance sur deux de ne rien gagner du tout.
Un riche marchand s'approche du mendiant et lui propose de lui racheter sur le champ son billet de loterie 6 000 ducats.
Le mendiant accepte la proposition et s'en va avec ses 6 000 ducats.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Le paradoxe de Saint-Pétersbourg ( n°091 )