Le long chemin de l'Europe sociale

Bruno Palier, chercheur au Centre d'études de la vie politique française (Cevipof-CNRS)

Depuis Maastricht, la construction européenne n'est plus synonyme de progrès social pour ses citoyens. Aujourd'hui, le soutien financier à des mesures sociales et à la création d'emplois de qualité doit prendre le pas sur l'austérité.

Depuis le traité de Rome, les relations entre construction européenne et développement des Etats-providence ont connu trois phases principales : après avoir initialement porté une volonté de défendre le modèle social européen dans un contexte de mise en place du grand marché, les politiques économiques communes suivies à partir des années 1980 sont de plus en plus entrées en contradiction avec les politiques sociales nationales.
La construction européenne est alors devenue synonyme de contraintes croissantes pesant sur les systèmes nationaux de protection sociale.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Le long chemin de l'Europe sociale ( n°100 )