Le déclin de la classe ouvrière

Gérard VINDT

L'automobile était l'industrie phare des années 50-60: secteur moteur de l'économie, elle employait sur ses chaînes des milliers de salariés sans qualification, les fameux ouvriers spécialisés (OS) comme on disait à l'époque, travaillant en équipe.
En quelques heures, le nouvel arrivant était formé sur les chaînes de Renault, sur l'Ile Seguin, à Boulogne-Billancourt, ou sur celles de Peugeot, à Sochaux, à serrer quelques boulons, à faire quelques points de soudure, gestes répétés inlassablement heure après heure, jour après jour, et bien souvent aussi nuit après nuit.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Le déclin de la classe ouvrière ( n°083 )