La valeur travail est-elle vraiment en déclin ?

Dominique Méda, philosophe et sociologue, chercheuse au Centre d'études de l'emploi (CEE)

Contrairement à ce qui est souvent avancé, les Français sont très attachés au travail et en attendent beaucoup (trop ?). En revanche, nombre d'entre eux peinent à concilier vie professionnelle et vie familiale, et ils en souffrent.

La question de la valeur accordée au travail par les individus constitue, depuis plus de dix ans, une antienne de la rhétorique politique française.
Un point d'orgue a été atteint durant la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.
Il affirmait alors avec force la nécessité de réhabiliter une valeur travail qui aurait été, selon lui, profondément dégradée au cours des années précédentes.
Une préférence française pour le loisir ?
Le futur président soutenait que cette dégradation se manifestait par la préférence donnée à l'assistance et au loisir.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/La valeur travail est-elle vraiment en déclin ? ( n°101 )