La culture générale, facteur clef de succès de l'entreprise de demain ?

Marc Mousli

Les « humanités », qui furent l’outil de sélection des élites françaises jusqu’au milieu du siècle dernier, ont perdu ce pouvoir au profit des savoirs techniques des grandes écoles d’ingénieurs et de commerce. Quelques rares dirigeants ont compris avant les autres qu’il était temps de rendre leur place à la culture générale, à la littérature et aux sciences humaines. Les DRH vont-ils fouiller leurs greniers pour retrouver leur Gaffiot ?

De l'enseignement comme investissement à court termeCertains universitaires américains ont de sérieux doutes sur leur avenir.
Le développement à marche forcée de procédures d'« accountability » dans l'enseignement supérieur, avec tests nationaux et audits, renforce chez les étudiants et leurs parents les exigences de rentabilité des diplômes.
Les enseignements de langues « secondaires » comme l'allemand ou l'italien disparaissent[1], et la littérature est dans le collimateur des gestionnaires.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/La culture générale, facteur clef de succès de l'entreprise de demain ? ( n°055 )