Grandeur et défaillances de la théorie du libre-échange

Denis Clerc
À lire également
couverture
Qu'est-ce qu'un marché ? Le rôle de la concurrence et des institutions

Depuis Ricardo, la loi des avantages comparatifs a régné quasiment sans partage durant un siècle et demi. Mais depuis vingt ans, le vent tourne.

Les économistes étaient dans leur quasi-totalité tellement certains de la supériorité du libre-échange qu'ils ont baptisé "loi" (des avantages comparatifs) le raisonnement de l'économiste anglais David Ricardo (1772-1823) sur lequel repose cette certitude.
Si bien que durant plus d'un siècle et demi, cette loi a régné quasiment sans partage.
Au prix de quelques complexifications certes, mais sans jamais être remise en cause: le simple fait de mettre en doute son bien-fondé était, pour celui qui s'y risquait, le plus sûr moyen d'être déconsidéré dans la profession, voire - pire encore!
éologue borné.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Grandeur et défaillances de la théorie du libre-échange ( n°104 )