Faut-il enterrer le train ?

Vincent Grimault
Alternatives Economiques n° 378 - avril 2018

Prélude à la réforme, le rapport Spinetta critique le système ferroviaire français, mais n'ouvre guère la réflexion sur la place du train.

Un train peut en cacher un autre.
Enfin, pour ça, il faut qu'il y en ait un.
Et aussi un deuxième.
Une situation qui pourrait devenir plus rare dans la France rurale.
En effet, les 9 000 km de petites lignes (sur 28 700 km au total) sont sur la sellette.
Certes, dans le cadre de la réforme du ferroviaire, que le gouvernement prévoit de faire passer sous forme d'ordonnances d'ici l'été, elles seront épargnées : "On ne décide pas de la fermeture de 9 000 km de lignes depuis Paris", a dit le Premier ministre Edouard Philippe.
Mais le rapport de Jean-Cyril Spinetta, ancien patron d'Air France, a rouvert le débat.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Faut-il enterrer le train ? ( n°378 )