Bénévolat : la valeur ajoutée

Camille DORIVAL

L'engagement bénévole dans les associations représente un temps d'activité très important qui doit être mieux reconnu. Notamment par la création d'un statut du bénévole.

On évalue aujourd'hui l'activité bénévole à 128 millions d'heures de travail par mois, soit l'équivalent de 1116000 emplois à plein temps.
Cela signifie-t-il que, sans ce bénévolat, il y aurait 1116000 emplois salariés supplémentaires en France?
Non.
On ne va pas, au nom de l'emploi, empêcher des personnes d'assurer gratuitement, sur une base volontaire, des services qui contribuent à la qualité de notre vie sociale.
D'ailleurs, une grande partie de ces activités bénévoles disparaîtraient s'il fallait faire entièrement appel au marché ou à l'impôt pour les satisfaire.
En outre, ces activités sont aussi à l'origine de créations d'emplois.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Bénévolat : la valeur ajoutée ( n°083 )