Airbus : la gouvernance en accusation

Roland Pérez, professeur émérite en sciences de gestion à l'université de Montpellier

Le système de gouvernance d'EADS correspondait sans doute à une nécessité politique, mais il s'est révélé parfaitement inadapté à un programme comme Airbus.

L'histoire aime les épopées qui peuvent servir à l'édification de la jeunesse.
Il en va de même en économie: les business schools apprécient les success stories qui permettent à leurs élèves de se rêver en futurs patrons d'un Microsoft ou d'un Virgin.
Les no succes stories ne suscitent évidemment pas la même ferveur, même si, comme on le sait, on apprend autant, et parfois plus, en analysant un échec qu'un succès.
Après avoir servi de joyau dans la vitrine de la construction européenne, Airbus-EADS cristallise aujourd'hui les difficultés de cette construction et, au sein de celle-ci, la panne du moteur franco-allemand.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Airbus : la gouvernance en accusation ( n°107 )