1945-2005 : de l'espoir à l'angoisse

Gérard Vindt

par Gérard Vindt

L'espoir des années 50-60 de voir disparaître la pauvreté et la précarité a fait place à l'inquiétude face à l'avenir. Et, pour les plus vulnérables, à l'angoisse du quotidien.

Précaire: dont l'avenir, la durée ne sont pas assurés.
Dans sa sécheresse, la définition du Petit Robert qualifie la situation d'une part grandissante de la société française aujourd'hui.
Une situation vécue ou perçue comme telle, qui contraste avec celle de la période précédente, certes abusivement caractérisée comme "glorieuse", tant les zones d'ombres étaient nombreuses, mais où beaucoup avaient vu leur situation s'améliorer et où chacun pouvait croire à un avenir meilleur, pour soi-même comme pour ses enfants.
C'est dans le domaine de l'emploi que la situation s'est le plus détériorée.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/1945-2005 : de l'espoir à l'angoisse ( n°083 )