Théorie économique : trafic d'influence

Denis Clerc

par Denis Clerc

Pour dominer la pensée économique, les différents courants théoriques se livrent une guerre intellectuelle sans merci. Récit de trois décennies de conflits.

économie, c'est comme le commerce: un nouveau produit intellectuel chasse l'autre.
Sur les linéaires de la pensée économique, la place est limitée: pour percer, les nouveaux arrivants doivent chasser les anciens ou, au moins, les reléguer en seconde place, dans les endroits que personne ne fréquente, sauf les nostalgiques et les anormaux.
Il y a trente ans, les keynésiens occupaient le haut du pavé.
La pensée dominante, c'était leur affaire, même si, pour y parvenir, la plupart d'entre eux avaient dû s'acoquiner avec les ennemis d'hier, ces courants que l'on a baptisés de "néoclassiques" et qui faisaient, pour l'essentiel, l'éloge des vertus équilibrantes du marché.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Théorie économique : trafic d'influence ( n°098 )