Social, quand l'Etat devient arbitre

Gérard Vindt

Créé il y a cent ans, le ministère du Travail s'est posé en médiateur, entre une CGT hostile et un patronat retranché dans son pré carré.

Juillet 1906: la réhabilitation enfin obtenue d'Alfred Dreyfus fait triompher l'Etat de droit sur la raison d'Etat, et les libertés démocratiques sur l'antisémitisme et le nationalisme d'extrême droite, après douze ans d'un combat difficile.
Mais la lutte pour la démocratie est aussi un combat social.
Si la question du travail est au coeur des débats en ce début de siècle, c'est que le monde ouvrier écrit depuis des années, lui aussi, son "J'accuse".
En cette année 1906, il accuse la compagnie des mines de Courrières d'avoir, par son incurie, entraîné la mort de 1 099 mineurs dans la plus grande catastrophe minière de tous les temps, survenue le 10 mars.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Social, quand l'Etat devient arbitre ( n°083 )