Ryanair, ou les dérives du "low cost"

Nicolas Lagrange

Dans sa course effrénée au profit, la compagnie irlandaise tire le maximum de ses salariés, de ses clients… et du contribuable. Jusqu'où ?

Un Paris-Nice en aller simple à 49 euros.
Le 7 janvier dernier, Air France a annoncé des prix cassés sur ce trajet et sur 57 autres destinations… mais avec bagages en soute payants.
Ce type d'offre révèle à quel point les transporteurs aériens classiques se voient contraints d'imiter le modèle des compagnies low cost.
Celles-ci sont en effet devenues de redoutables concurrentes, à commencer par Ryanair, la plus puissante d'entre elles dans le ciel européen.
Créée en 1985, la compagnie irlandaise a connu une expansion prodigieuse.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Ryanair, ou les dérives du "low cost" ( n°081 )