Revenus des grands patrons : la dérive continue

Marc Mousli

Depuis les années 1990, les rémunérations des grands patrons se sont envolées sous l'effet des techniques de gouvernance d'entreprise visant à resserrer les liens entre actionnaires et dirigeants. Les tentatives pour maîtriser cette flambée économiquement injustifiée et socialement inacceptable ont échoué jusqu'ici.

C'est à la suite de l'annonce d'une hausse moyenne de 34 % des salaires des patrons des entreprises du CAC 40 que François Hollande avait annoncé, début 2012, sa volonté de taxer à 75 % les rémunérations supérieures à un million d'euros.
Cette disposition a depuis été retoquée par le Conseil constitutionnel, mais le gouvernement veut légiférer prochainement sur le sujet.
Depuis les années 1990, malgré les multiples scandales et les "codes de bonne conduite" mis en place par les organisations patronales, la dérive des salaires des dirigeants n'a toujours pas été maîtrisée.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Revenus des grands patrons : la dérive continue ( n°102 )