Renault : des voitures à (mal) vivre

Laurent Jeanneau
Pour aller plus loin
À lire également
couverture
Suicides : le travail en accusation
couverture
Intensification : rendre le travail soutenable

L'organisation du travail mise en place au Technocentre de Renault, à Guyancourt, a fait de ce fleuron de la marque au losange un symbole de la souffrance au travail.

Rasée par les bulldozers, l'usine historique de Renault, à Billancourt, n'est plus qu'un lointain souvenir.
Un autre lieu a pris le relais comme coeur de la marque au losange: le Technocentre de Guyancourt, dans les Yvelines.
12 000 ingénieurs et techniciens s'y activent pour concevoir les futurs véhicules du constructeur automobile.
Inauguré en 1998, cet imposant bâtiment regroupe la majorité des activités de recherche et développement de l'entreprise.
Si la forteresse ouvrière de Billancourt était considérée comme un haut lieu des conquêtes sociales des Trente Glorieuses, le site de Guyancourt, lui, est devenu un symbole de la souffrance au travail.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Renault : des voitures à (mal) vivre ( n°081 )