Règle d'or : une mauvaise alchimie

Mathieu Plane, économiste senior à l'OFCE, département analyse et prévision

L'Union européenne veut renforcer la discipline budgétaire, grâce notamment à une règle d'or inscrite dans la Constitution des Etats membres. Un dispositif techniquement fragile et économiquement dangereux.

Avec la hausse spectaculaire des déficits et des dettes publics durant la crise, le débat concernant l'inscription d'une règle d'or budgétaire dans la Constitution a resurgi.
En reléguant au second plan les objectifs de croissance et d'emploi, un tel renforcement de la discipline budgétaire, sans contrepartie explicite de la garantie absolue des dettes publiques par la Banque centrale européenne (BCE), accentuerait le risque d'une récession durable en Europe.
Ce qui pourrait se solder au mieux par une déflation généralisée, au pire par un éclatement de la zone euro.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Règle d'or : une mauvaise alchimie ( n°105 )