Recrutement : des discriminations massives

Laurent Jeanneau

Pour trouver du travail, il vaut mieux ne pas être immigré. Mais si l'on est immigré, il vaut mieux être une femme qu'un homme.

Trouver un emploi peut s'apparenter à un parcours du combattant pour les personnes issues de l'immigration.
En témoigne le différentiel de taux d'emploi selon l'origine.
Entre 2005 et 2009, ce taux était en moyenne de 86 % pour les hommes et de 74 % pour les femmes dont les deux parents sont nés en France.
En revanche, pour les Français dont au moins l'un des deux parents est immigré et d'origine maghrébine, ce taux tombait à 65 % pour les hommes et 56 % pour les femmes.
Une partie de cet écart s'explique par des caractéristiques propres aux personnes (différences de formation, d'expérience, de situation familiale…).

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Recrutement : des discriminations massives ( n°101 )