Quel avenir pour le nucléaire en France ?

Entretien avec Alain Grandjean, économiste de l'énergie, cofondateur et associé du cabinet de conseil Carbone 4 (www.carbone4.com)
Propos recueillis par Antoine de Ravignan
Alternatives Economiques n° 373 - novembre 2017

*On ne pourra pas ramener la part du nucléaire à 50 % de la production électrique avant 2030-2035, juge Alain Grandjean, économiste de l'énergie. Et il faut se décider dès à présent à réduire la voilure.

Comment voyez-vous le débat sur le nucléaire en France ?
Il est englué dans une guerre entre pro et anti.
Les premiers, se prétendant généralement du côté de la science, font du nucléaire un élément incontournable de la lutte contre le changement climatique.
Dans la grande tradition technocratique française, ils écartent d'un revers de main les problèmes posés par cette technologie, pourtant reconnus par de nombreux pays qu'il est difficile de traiter d'obscurantistes.
Les seconds veulent une sortie rapide du nucléaire, mais éludent un certain nombre de questions.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Quel avenir pour le nucléaire en France ? ( n°373 )