Quand le travail rend pauvre

Denis Clerc

En France, 7 % à 8 % des travailleurs sont considérés comme pauvres. Un phénomène en grande partie dû au développement des emplois temporaires et à temps partiel, mais qu'il est possible d'endiguer.

On a longtemps cru que le phénomène des travailleurs pauvres était limité aux pays anglo-saxons, à une protection sociale maigrelette ou un salaire minimum très faible voire inexistant (à peine 5 euros de l'heure aux Etats-Unis, contre 9 euros en France en 2011).
Mais quand l'Insee a commencé à chiffrer le phénomène, au début des années 2000, tout le monde est tombé des nues.
Avec environ deux millions de personnes concernées, soit entre 7 % et 8 % des travailleurs en emploi, la pauvreté laborieuse se révélait être bien plus importante dans notre pays qu'on ne le pensait.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Quand le travail rend pauvre ( n°101 )