Quand des entreprises se transforment en Scop

Philippe Frémeaux et Naïri Nahapétian

Le passage en Scop, ces entreprises contrôlées par leurs salariés, pourrait contribuer à pérenniser nombre d'entreprises existantes.

Sauver une entreprise industrielle menacée de faillite en facilitant sa reprise par ses salariés, telle est l'image d'Epinal associée aux créations de sociétés coopératives et participatives (Scop).
Une image peu représentative puisque sur les quelques 200 nouvelles Scop ou Scic - des sociétés coopératives d'intérêt collectif [1] - nées en 2011, seules une dizaine sont des reprises d'entreprises en difficulté.
En fait, trois nouvelles Scop sur quatre sont des créations ex nihilo.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Quand des entreprises se transforment en Scop ( n°107 )