Plus de flexibilité ? Il y en a déjà trop

Guillaume Duval

Contrats précaires en grand nombre, protection limitée contre les licenciements, notamment collectifs…, au regard de celui de nos voisins, le marché du travail français ne manque pas de flexibilité.

Il est temps, pardonnez le néologisme, de détabouiser le mot de flexibilité, disait récemment Laurence Parisot, présidente du Medef.
Nous avons besoin de flexibilité pour recréer des emplois.
Faut-il se résigner à suivre ce conseil ?
La comparaison avec nos voisins ne fait pourtant pas apparaître de handicap français particulier en la matière.
Elle montre surtout que nous sommes allés trop loin dans le recours au travail précaire et que nous sommes trop frileux en matière de protection contre les licenciements collectifs.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Plus de flexibilité ? Il y en a déjà trop ( n°101 )