Pechiney: paternalisme contre mobilité ouvrière

Quitterie DE FOMMERVAULT, Gérard VINDT

Grâce à une politique sociale paternaliste, Pechiney a tout fait pour retenir la main-d'oeuvre à Salin-de-Giraud.

Il fut un temps où les patrons se plaignaient de la mobilité ouvrière: ils l'appelaient alors instabilité de la main-d'oeuvre.
Cette plaie de l'industrie française jusqu'aux années30 était particulièrement ressentie dans les établissements situés dans un endroit isolé, loin de tout bassin d'emploi, pour cause de proximité de matière première ou de source d'énergie.
Salin-de-Giraud (Bouches-du-Rhône) est, de ce point de vue, un cas extrême.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Pechiney: paternalisme contre mobilité ouvrière ( n°083 )