Pauvreté : une politique en échec

Camille Dorival

« Réduire la pauvreté d'un tiers en cinq ans » : tel était l'objectif - ambitieux - affiché par Nicolas Sarkozy en 2007.
La création du revenu de solidarité active (RSA), conçu à la fois comme un outil de lutte contre la pauvreté laborieuse et comme un dispositif d'incitation au retour à l'emploi, devait être l'instrument principal de cette politique.
Cinq ans après, le constat est sévère : « Même sans la crise, l'objectif de réduction de la pauvreté d'un tiers n'aurait pas pu être tenu », estime ainsi Etienne Pinte, député UMP.
De fait, c'est une version a minima du RSA qui a été créée en 2008.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Pauvreté : une politique en échec ( n°102 )