Obama, le changement et le management

Marc Mousli
Et si l’élection de Barack Obama avait sur la société américaine des conséquences profondes, plus importantes encore que celles annoncées par les politologues ? Et si, à moyen terme, le succès de cet Américain peu ordinaire changeait profondément le rapport au travail et les relations sociales dans les entreprises ?

Par Marc Mousli, chercheur associé au Lipsor (Cnam-Paris).

C'est le rêve de Rosabeth Moss Kanter, l'un des professeurs de management les plus en vue de la Harvard Business School et auteur d'une vingtaine de livres (dont un traduit en français)[1]. Kanter a dressé une liste de dix changements majeurs rendus possibles par l'élection d'Obama:

1. les seules voies de succès qu'envisagent les jeunes défavorisés sont de devenir champion d'un sport populaire ou chanteur de rock. En aucun cas de faire des études. Le modèle d'Obama peut changer cela, ce qui serait excellent à la fois pour les jeunes et pour l'Amérique ;

2. la discipline et le travail, enseignés à Obama par sa grand-mère, ont connu une couverture médiatique exceptionnelle et sont arrivés aux oreilles de jeunes qui n'en entendent jamais parler ;

3. la curiosité et l'ouverture à d'autres cultures, traits marquants de Stanley Dunham, la mère du futur Président, sont des qualités rares dans le Kansas, où elle a été élevée. Peut-être vont-elles devenir des attitudes admises et normales dans des états où elles sont encore considérées comme des perversions ;

4. on espère que le premier livre d'Obama[3], qui raconte sa vie, ses travaux et ses rencontres, sera enseigné dans les collèges, aidant les gens à parler plus librement de leur parcours et à approfondir les liens entre eux, ce qui devrait faciliter le travail d'équipe.

5. l'équilibre entre vie privée et vie professionnelle peut-il être illustré mieux que par Obama abandonnant sa campagne électorale à un moment crucial pour aller à Hawaï voir sa grand-mère mourante ?

6. des jeunes diplômés brillants rêveront peut-être de devenir des militants organisant l'action collective dans des quartiers difficiles, comme Obama à Chicago, plutôt que de vouloir être des banquiers d'affaires.

7. personne ne peut dire si Obama tient ses qualités de son père (noir) ou de sa mère (blanche). La diversité dans les entreprises ne peut que gagner à cette incertitude !

8. Obama se fait appeler par son prénom, Barack, qui n'est pas facile à porter. C'est une façon d'imposer le respect, dans un pays où l'on fait un usage immodéré des surnoms et des diminutifs…

9. les politiciens diplômés évitaient jusqu'ici de montrer qu'ils étaient éduqués, pour mieux ressembler à la masse de leurs électeurs. Obama ne cherche pas à cacher qu'il a été un élève brillant de la fac de droit de Harvard. Peut-être va-t-on réhabiliter l'intelligence au pays de Ronald Reagan et de George W. Bush.

10. on peut rêver qu'après avoir dit « bonjour », les gens demandent « et que faites-vous cette semaine pour améliorer le monde ? »

Rosabeth M. Kanter connaît bien ses compatriotes et l'histoire de son pays, et peut s'appuyer sur des précédents : consciemment ou par hasard, les Américains ont élu quelques présidents intelligents : Bill Clinton, sans aucun doute, mais aussi Woodrow Wilson, prix Nobel de la Paix en 1919, Franklin D. Roosevelt ou John F. Kennedy. Chacun d'eux a fait changer (plus ou moins) l'Amérique. Souhaitons de toutes nos forces que les historiens ajoutent d'ici quelques années le nom d'Obama à cette liste (non exhaustive !).


[2] Ma traduction n'est pas littérale !

[3] Dreams of my father, publié en 1995 et réédité en 2004 ; en français Les rêves de mon père, Presses de la Cité, 2008

Marc Mousli
 Notes
  • (1) Ancienne rédactrice en chef de la Harvard Business Review, Rosabeth M. Kanter travaille depuis 40 ans sur la stratégie, le leadership, le changement et l'innovation dans l'entreprise. Son prochain ouvrage, à paraître en août 2009 : « The Vanguard: How Principle-Led Companies are Changing the World of Business (and Maybe the World) » que l'on peut traduire par : « L'avant-garde: comment les entreprises guidées par des principes peuvent changer le monde des affaires (et peut-être le monde tout court) »
http://www.alternatives-economiques-education.fr/pics_bdd/article_visuel/1232564752_Marc%20Mousli.jpg
Articles/Obama, le changement et le management ( n°055 )