Nokia, une défaite européenne

Marc Chevallier

Plombé par la concurrence et des choix industriels inadaptés, l'européen Nokia a dû vendre son activité de fabrication de téléphones mobiles à Microsoft.

Le 3 septembre deviendra probablement jour de deuil national en Finlande : l'annonce, le mois dernier, du rachat de l'activité fabrication de téléphones mobiles de Nokia par le géant américain des logiciels Microsoft est venue clore une histoire industrielle qui a fait la fierté et la prospérité du petit pays nordique durant une quinzaine d'années.
Au-delà des erreurs de stratégie qui l'ont précipitée, la déconfiture de Nokia est cependant également emblématique du déclin de l'Europe dans les secteurs de haute technologie.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Nokia, une défaite européenne ( n°096 )