Mondialisation et chômage


La mondialisation est souvent accusée de nourrir le chômage, car les territoires sont mis en concurrence par les entreprises, qui s'implantent dans les zones où les coûts de production sont les plus bas.
Or, les pays émergents ont un coût du travail peu qualifié nettement moins élevé qu'un pays comme la France.
La production et les emplois risquent donc de migrer vers ces pays, causant du chômage dans les pays riches.
Il y a une part de vérité dans ce raisonnement : l'entrée de pays pauvres mais très peuplés dans l'économie mondiale apporte deux milliards de salariés supplémentaires… mais peu de capital.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Mondialisation et chômage ( n°104 )