Mondialisation : les groupes français prospèrent à l'étranger

Antoine de Ravignan

Les entreprises françaises ne connaissent pas la crise… à l'étranger.
Selon l'Insee, le chiffre d'affaires des filiales à l'étranger des groupes français a atteint 1 080 milliards d'euros en 2010.
Une hausse de 13 % par rapport à 2007 quand le PIB hexagonal ne progressait, lui, que de 2,7 %.
Ces filiales étrangères réalisent 52 % du chiffre d'affaires consolidé des 1 762 groupes français internationalisés hors secteur bancaire et emploient 53 % de leurs effectifs mondiaux, soit au total 4,7 millions de salariés [1], l'équivalent de l'ensemble des effectifs de l'industrie et de la construction en France.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Mondialisation : les groupes français prospèrent à l'étranger ( n°104 )