Mondialisation : la troisième voie

Pascal Canfin, député européen EELV

L'accès qualifié au marché européen, c'est-à-dire la vente de produits respectant les conditions sociales et environnementales édictées par l'Union, est un compromis entre libre-échange et protectionnisme.

Sommes-nous condamnés à choisir entre un libre-échange naïf et une fermeture protectionniste ?
Non : il existe une troisième voie connue des économistes sous le nom " d'accès qualifié au marché ".
Le principe est simple : les entreprises produisent où elles veulent, mais si elles souhaitent vendre sur le marché européen, elles doivent respecter certaines conditions sociales et environnementales.
Sur le plan social, ce pourrait être le rôle des conventions de l'Organisation internationale du travail (OIT) qui interdisent le travail des enfants ou obligent à respecter la liberté syndicale.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Mondialisation : la troisième voie ( n°104 )