Management à la française: le travail discret de l'école de Paris

Marc Mousli

Quatre-vingt dix pour cent des ouvrages de management proposés en librairie sont traduits de l’américain. On peut se demander si les Français sont capables de s’intéresser vraiment à ce que Peter Drucker considérait comme « l’institution centrale de la société actuelle ». Une partie de la réponse se trouve dans un lieu original : l’école de Paris du management.

Une « école sans élèves et sans professeurs »Depuis treize ans, dans les premiers jours de novembre, paraît un épais volume in-quarto : Les Annales de l'école de Paris du management.
Cette année, la vignette colorée qui illustre la sobre couverture noire reproduit un tableau de la peintre russe suprématiste Olga Rozanova.
Les 489 pages qui suivent sont en noir et blanc, avec une mise en page impeccable, mais austère.
C'est la production de l'année 2006 de l'école de Paris du management, une institution parisienne qui commence à être mondialement connue.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Management à la française: le travail discret de l'école de Paris ( n°055 )