Les nouveaux pompistes

Yann Mens
Alternatives Economiques n° 378 - avril 2018

Les exportations américaines devraient absorber la croissance de la demande mondiale à court terme, mais des investissements sont nécessaires pour l'après-2020.

C'est le monde pétrolier à l'envers.
En décembre dernier, une cargaison d'hydrocarbures légers a quitté le Texas en direction des Emirats arabes unis (EAU), l'un des principaux producteurs d'or noir du monde.
Cette livraison est le résultat de la crise politique entre les EAU et le Qatar, qui, jusqu'en juin dernier, fournissait une telle qualité de pétrole à son voisin.
Mais elle révèle aussi le poids croissant des Etats-Unis sur la scène mondiale, grâce à la production grandissante de pétrole de schiste et à la décision prise à Washington en 2015 de lever l'interdiction d'exporter des hydrocarbures, instaurée quarante ans plus tôt.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Les nouveaux pompistes ( n°378 )