Les 4 mystères de la population française par Hervé Le Bras

Les 4 mystères de la population française, par Hervé Le Bras
Ed. Odile Jacob, 2007, 306 p., 27 euros.

Sylvain Allemand
Alternatives Economiques n° 258 - mai 2007
À lire également
couverture
La société française

Les mystères annoncés sont des réalités démographiques françaises qui vont à rebours d'idées reçues. A savoir le repeuplement des espaces ruraux que l'on croyait condamnés à la désertification; la persistance du modèle familial composé de deux enfants, malgré l'apparente baisse de fécondité des Françaises; le basculement de la France, terre traditionnelle d'immigration, du côté des pays d'émigration; enfin, une population que l'on dit vieillissante, alors que les 65 ans et plus ne se sont jamais aussi bien portés.

Autant de réalités qui, prises une à une, sont certes connues, mais l'originalité de l'analyse d'Hervé Le Bras est ailleurs. Elle est dans la manière de montrer comment des idées reçues en matière de démographie ont, depuis au moins le XIXe siècle, fait système au point de constituer une théorie générale de la démographie, pour ne pas dire une idéologie. Chiffres et graphes à l'appui, il montre comment celle-ci s'est insinuée jusque dans la conception des outils du démographe. Résultat: la société française a profondément changé, et pas forcément dans le sens d'un déclin, seulement on ne le voit pas, faute de disposer de statistiques appropriées (par exemple, si on sait mesurer les flux d'entrées sur le territoire, on ne dispose pas, aussi curieux que cela puisse être, de données fiables sur les flux de sorties durables, des Français comme des étrangers).

Nouvelle provocation d'un démographe habitué au coup d'éclat? Au contraire, c'est un livre salutaire pour renouveler les termes de plusieurs de nos débats de société, comme le financement de la retraite ou l'aménagement du territoire.

Les 4 mystères de la population française, par Hervé Le Bras
Ed. Odile Jacob, 2007, 306 p., 27 euros.

Articles/Les 4 mystères de la population française par Hervé Le Bras ( n°258 )