Le précédent de la journée de huit heures

François GUEDJ

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, les ouvriers obtiennent enfin de ne plus travailler que huit heures par jour. Le débat qui eut lieu à cette époque entre patronat et syndicat, n'est pas sans rappeler celui qui se déroule aujourd'hui sur la réduction du temps de travail.

Vingt-trois avril 1919: la loi des huit heures est votée à l'unanimité par le Parlement français.
Une étape majeure dans le mouvement séculaire de baisse de la durée du travail est franchie.
Mais les conditions d'obtention de cette avancée sociale sont surprenantes: le patronat, longtemps farouchement hostile à toute réduction de la durée du travail journalière, accepte le nouveau cadre légal.
C'est lors de la mise en oeuvre que les problèmes surgiront.
La journée de huit heures va être aussi, pour les entreprises, prétexte à transformer l'organisation du travail.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Le précédent de la journée de huit heures ( n°083 )