Le pouvoir et la grande entreprise : l'actualité de la pensée de Galbraith

Blandine Laperche, maître de conférences habilitée à diriger des recherches, Laboratoire de recherche sur l'industrie et l'innovation, université du Littoral-Côte d'Opale.

par Blandine Laperche L’analyse du fonctionnement des grandes entreprises représente l’un des points forts des analyses de Galbraith. Cet article présente dans le détail ses arguments et les évalue à l’aune de la mondialisation contemporaine.

Dans l'économie libérale, la firme est considérée comme une "boîte noire", c'est-à-dire une entité qui reçoit des flux de matières premières et dont sortent des flux de produits transformés ou finis.
Cette entité a pour mission de maximiser sa production et ses profits sous contrainte de ressources.
Elle agit sur un marché fonctionnant selon les règles de la concurrence pure et parfaite et est donc qualitativement identique à ses nombreuses concurrentes.
Dans ce tableau, une place très étroite est accordée à la grande entreprise.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Le pouvoir et la grande entreprise : l'actualité de la pensée de Galbraith ( n°107 )