Le paradoxe de Solow

Jézabel Couppey-Soubeyran

En théorie, le progrès technique devrait se traduire par des gains de productivité dans les entreprises. Mais en pratique, ces gains se font souvent attendre. Pourquoi ?

A l'heure de la stagnation, on peut rêver à la prochaine grande innovation, celle qui nous bercera de nouveau de l'illusion que "cette fois, c'est différent !
, celle qui fera souffler le vent de l'optimisme, relancera la prise de risque et sera source de jours forcément meilleurs.
Tablettes, baladeurs numériques et autres smartphones n'y suffiront pas.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Le paradoxe de Solow ( n°091 )