Le Far West de l'arbitrage privé international

Christian Chavagneux
Alternatives Economiques n° 380 - juin 2018

Usage de faux, manipulation de la jurisprudence, gonflement des pertes… Les multinationales ne lésinent pas sur les moyens pour obtenir un arbitrage en leur faveur.

L'arbitrage privé international qui permet de régler les litiges entre Etats et multinationales est un espace où tous les coups sont permis pour voler l'argent des contribuables.
Inutile de dire que le point de vue développé par l'avocat d'affaires américain George Kahale III, qui défend les Etats dans ce genre de procédure, a fait l'effet d'une bombe en avril dernier [1].
Sa description des méthodes d'escrocs utilisées par les conseils juridiques des grandes entreprises est, en tous points, hallucinante.
Premier principe : ne pas hésiter à utiliser de faux documents.
Sur un cas impliquant une entreprise demandant plus d'un milliard de dollars d'indemnisation, il a fallu quatre ans pour terminer la plainte fondée sur des faux.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Le Far West de l'arbitrage privé international ( n°380 )