Le difficile tournant social chinois

Guillaume Duval

La Chine tente de mettre en place une protection sociale digne de ce nom. Une gageure étant donné l'ampleur des inégalités et des disparités régionales.

Le 9 septembre 1976, s'éteignait Mao Zedong, le fondateur de la République populaire de Chine, laissant un pays exsangue.
Trente-quatre ans plus tard, la Chine est devenue la deuxième puissance économique mondiale et plus rien d'important ne peut se décider à l'échelle internationale sans son accord, comme l'a encore montré le G20 de Séoul le mois dernier.
Faut-il alors avoir peur de la Chine?

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Le difficile tournant social chinois ( n°099 )