Le déclassement progresse chez les jeunes diplômés

Xavier Molénat
Alternatives Economiques n° 380 - juin 2018

Deux économistes proposent une nouvelle mesure du déclassement, qui en confirme l'ampleur.

C'est une cause désormais entendue : il est de plus en plus difficile pour les jeunes sortant de formation de trouver un emploi à la hauteur des compétences qu'ils ont acquises.
Mais combien de jeunes sont effectivement touchés par ce déclassement ?
Et comment le phénomène a-t-il évolué au cours des vingt dernières années ?
Les économistes Vanessa di Paola et Stéphanie Moullet, qui ont tenté de le mesurer, rappellent la difficulté d'une telle évaluation.
Pour tenter d'y voir un peu plus clair, les deux chercheuses ont choisi de prendre comme référence la situation des diplômés de 1992 cinq ans après leur sortie d'études.
Elles ont établi une grille de correspondance statistique entre le niveau de diplôme atteint et la catégorie socioprofessionnelle dont relève leur emploi.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Le déclassement progresse chez les jeunes diplômés ( n°380 )