Le capital-risque en crise

Nicolas Quint

Les PME ont besoin d'apports en capital pour démarrer et se développer. Or, l'activité de capital-risque, déjà limitée en France avant la crise, s'est fortement contractée depuis. Pour contrecarrer le déclin du secteur, l'Etat a créé de nouvelles structures de financement. Une action positive, à court terme.

Le financement des entreprises, il en est beaucoup question dans la campagne présidentielle.
Et ce n'est pas surprenant : c'est une question clef en effet pour la dynamique de l'économie.
Or, le capital-risque est actuellement sinistré en France, d'où la nécessité d'une intervention publique accrue dans ce secteur.
Les entreprises ont besoin, d'une part, qu'on leur fasse crédit, c'est-à-dire qu'on leur avance de l'argent pour une durée déterminée à un taux d'intérêt donné.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Le capital-risque en crise ( n°107 )