Le basculement du monde

Jean-Joseph Boillot*, conseiller au club du Cepii

La crise a accéléré un mouvement qui voit les pays émergents s'affirmer comme les locomotives de la croissance et les puissances économiques de demain. L'Union européenne va devoir se réinventer si elle ne veut pas décrocher du train.

Les pays dits développés ne sont plus le centre du monde.
De locomotives indéniables jusque dans les années 1980, ils ont progressivement été relégués à l'arrière du train de la croissance mondiale.
La vraie question désormais est de savoir s'ils vont vraiment décrocher du train ou s'ils sauront s'arrimer aux nouvelles locomotives des prochaines décennies.
En 2011, la croissance mondiale a dépassé les 4 % et elle devrait être encore légèrement supérieure à 3 % en 2013.
Un rythme auquel étaient habitués les pays industrialisés dans les années 1960 et 1970.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Le basculement du monde ( n°104 )