La tragédie des communs

Denis Clerc
Alternatives Economiques n° 380 - juin 2018

Inutile d'aller chercher chez Racine.
Les tragédies qu'il a écrites mettaient en scène des aristocrates ou des puissants plutôt que des gens du peuple, souvent dédaigneusement appelés alors (par la haute société) "le commun".
Les gens quelconques, pauvres et sans culture, dont il ne valait guère la peine de se soucier.
Ces hommes "sans qualité" ont effectivement vécu une tragédie.
Paysans sans terre, ils survivaient grâce à quelques animaux qui pouvaient brouter l'herbe des "communaux", ces terres seigneuriales mises en jachère une année sur trois.
Bienfait ?

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/La tragédie des communs ( n°380 )