La mondialisation à l'épreuve de la transition écologique

Wojtek Kalinowski

Dumping écologique et social, coût environnemental des transports, recherche d'efficacité contre-productive, il faut rompre avec les formes actuelles de la mondialisation, sans pour autant renoncer à vivre dans une société ouverte.

Difficile de nier que la mondialisation teste les limites physiques de notre planète.
Et pourtant nos économies doivent rester ouvertes au monde extérieur, ne serait-ce que parce que le commerce fait partie de la vie en société, et que celle-ci a besoin de multiplier les échanges et les points de croisement pour évoluer.
Par ailleurs, on aurait tort de croire que le "localisme" est automatiquement plus durable que le commerce au loin : tout dépend du bilan social et environnemental.
Et celui-ci varie avec les modes de production et de transports.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/La mondialisation à l'épreuve de la transition écologique ( n°104 )