La lente transformation sociale du pays des révolutions

Gérard VINDT

Pays de petite bourgeoisie et de stagnation démographique, où le monde rural s'urbanise lentement et la grande industrie tarde à s'imposer, la France du début de la révolution industrielle à la Seconde Guerre mondiale est le théâtre d'affrontements politiques aux fortes couleurs de lutte des classes.

De 1815 à la veille de la Seconde Guerre mondiale, la paysannerie recule dans tous les grands pays industriels, alors que la bourgeoisie, la classe ouvrière et les classes moyennes se développent, même si le rythme et les formes d'évolution sont différents d'un pays à l'autre, tant du point de vue social qu'économique.
Partout, le fossé qui sépare les classes populaires des classes dirigeantes est spectaculaire et ne se réduit guère avec l'enrichissement global de la société.
C'est le cas en France comme ailleurs, malgré la lenteur des mutations et la stagnation démographique (tableau 1).

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/La lente transformation sociale du pays des révolutions ( n°083 )