La faute aux normes comptables?

Nicolas Véron, économiste, directeur du développement de Bruegel

Les normes comptables que doivent utiliser les sociétés cotées leur imposent de suivre les règles de la comptabilité dite "en juste valeur". Une méthode décriée par de nombreux acteurs qui y voient un facteur central de la crise financière actuelle. Ces critiques sont en partie fondées, mais il n'existe pas pour autant d'alternative plus fiable.

La crise financière a conduit certains à dénoncer le rôle de la comptabilité "en juste valeur" (1) imposée par les principales normes comptables utilisées par les sociétés cotées à travers le monde, à savoir les normes US Generally Accepted Accounting Principles (US GAAP) aux Etats-Unis et les International Financial Reporting Standards (IFRS) en Europe.
Les critiques de la comptabilité en juste valeur portent principalement sur deux problèmes: l'illiquidité (comment valoriser au bilan des instruments financiers sur lesquels il n'y a pas ou peu de transactions) et la procyclicité (quand les normes contribuent à accentuer les évolutions du marché).

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/La faute aux normes comptables? ( n°107 )