La crise parachève le basculement du monde

Claude Demma

La crise a brisé l'illusion des pays développés d'une croissance alimentée par le crédit. Elle a aussi révélé le rôle déterminant des excédents d'épargne des pays émergents.

La crise financière et ses soubresauts récents, comme la crise de la dette publique au sein de la zone euro, tiennent à plusieurs types de causes : des enchaînements "classiques" communs à toutes les crises financières (comme la montée de l'euphorie), à des facteurs spécifiques (notamment la titrisation), mais aussi à des évolutions lourdes de l'économie mondiale.
Pour partie, la crise traduit en effet un basculement du centre de gravité de la planète depuis les pays dits "développés" ou "industrialisés" (encore que certains d'entre eux aient perdu une bonne part de leur industrie du fait des délocalisations) vers les pays émergents.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/La crise parachève le basculement du monde ( n°104 )