L'insoutenable dynamique du capitalisme financier

Christian Cauvin*

La financiarisation des entreprises a d'abord servi les intérêts des actionnaires. Avec des conséquences parfois désastreuses pour les entreprises et les salariés

Au cours des années 1980, le capitalisme a pris une forme nouvelle, dominée par la finance.
Alors que cette dernière avait joué jusque-là un rôle essentiellement instrumental, elle est en effet devenue déterminante, absolue, totale.
Avec à la clé de lourdes répercussions pour les entreprises et les salariés.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/L'insoutenable dynamique du capitalisme financier ( n°107 )