L'entreprise, trop importante pour être laissée aux actionnaires !

Philippe Frémeaux

La " corporate governance " a produit des effets désastreux. Il est temps de penser une nouvelle forme d'entreprise qui associe toutes les parties prenantes et tienne compte des conséquences sociales et écologiques de son activité.

Depuis maintenant plusieurs décennies, la théorie de la corporate governance s'est imposée comme principe de gestion des grandes entreprises.
En résumé : les managers doivent servir d'abord les intérêts des actionnaires, légitimes propriétaires des entreprises.
Quarante ans ont passé et ces théories, appliquées notamment au monde de la finance, ont conduit aux résultats catastrophiques que nous connaissons aujourd'hui.
Au-delà des risques excessifs pris par le secteur financier, elles ont justifié également un vaste mouvement de restructuration-délocalisation du tissu industriel, facteur d'appauvrissement des pays industrialisés.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/L'entreprise, trop importante pour être laissée aux actionnaires ! ( n°107 )